Pornichet Select 2ème partie

Posted by on avr 22, 2013 in Uncategorized | No Comments

5175b2a89aca9

Une option qui coûte chère mais une course très prometteuse

Deuxième moitié du parcours

La course s’est peut-être jouée dès le soir du deuxième jour, sur le retour des Sables d’Olonne, quand Ian a pris la décision de virer vers le nord le premier, en délaissant le groupe des 7 qu’il constituait avec Justine Mettraux, Simon Koster, Clément Bouyssou, Renaud Mary, Aymeric Belloir et Arnaud Chaigne. Une heure plus tard, les six compagnons viraient à leur tour. A ce moment-là, tous les autres concurrents étaient à une heure derrière ou plus, ce qui leur permettra, plus tard, de bénéficier d’autres conditions de vent.

J2 – Vers 22h, Ian rase la pointe nord ouest de l’Île d’Yeu, ses 6 camarades dans son sud ouest. Plus loin derrière, la flotte s’éclate, certains prenant l’option d’aller chercher le vent au large. Il est vrai que ce vent est faible, capricieux, que la météo annonce qu’il doit passer d’abord nord, puis revenir ouest. En attendant, il est secteur nord ouest.

J3 – A 3h du matin, Ian est parmi toute la flotte des séries, le plus au nord, mais aussi presque le plus à l’est, ce qui nous inquiète un peu. Vers 4-5h, le vent adonne et autorise des routes plus directes vers Belle Île. Un peu plus tard, il va sauter au nord. Tout le monde prend alors cap à l’ouest. A ce jeu, c’est Justine qui se retrouve la plus à l’ouest du groupe de tête qui ne comprend plus que 5 skippers, car Aymeric a continué plus longtemps vers le nord où il va croiser Ian. Leur route sera ensuite commune jusqu’à Belle-Île qui ne va pas leur faire fête.

Au petit jour, parmi les 7 de tête, Justine est la seule à continuer vers l’ouest et à choisir de contourner Belle-Île par le large. Choix judicieux qui va lui assurer le gain de la course malgré une allure très lente pendant quelques heures. Mais en même temps, ses six compagnons se retrouvent englués dans la pétole qui s’installe entre Belle-Île et Quiberon.

L’incroyable scénario va alors se produire. A 9h30, pendant que ces six-là stagnent et même reculent pour certains avec le courant de marée, Justine à peine 8 milles plus au sud-ouest mais du bon côté de l’île a récupéré un petit vent de sud-ouest qui la propulse déjà à 4 nœuds et dans la bonne direction. A l’arrière aussi, le vent revient par le sud-ouest, et ce sont les bateaux situés les plus à l’ouest qui vont en profiter. Thomas Guichard est alors à plus de 8 milles au sud de Belle-Île, Sylvain Pontu à plus de 10 milles et Craig Horsfield à presque 12. Ce sont pourtant eux qui vont se retrouver à lutter pour les deux places restantes sur le podium!

A midi, après 48h de course, Ian et Aymeric sont toujours scotchés au ras de Belle-Île, peut-être même mouillés pour ne pas reculer ; ils pourraient presque aller prendre un verre à terre mais ils ne doivent pas y songer, ou alors pour noyer leur chagrin. A 15 milles d’eux, au sud-ouest, on avance à 4 noeuds plein nord. Justine quant à elle est presque arrivée aux Birvideaux, à plus de 5 noeuds.

A 15h, le vent d’ouest a enfin atteint les scotchés de Belle-Île qui repartent vaillamment. Six milles dans leur ouest, ils ont désormais nos trois skippers revenus du diable vauvert, beaucoup mieux positionnés en outre pour aller virer Groix.

A 16h, Justine arrondit Pen Men à la pointe nord-ouest de Groix et entame la dernière branche du parcours, au portant. A 17h elle quitte l’île pendant que les 2ème, 3ème et 4ème abordent à peine. Elle va pratiquement croiser Arnaud Chaigne qui remonte encore vers Groix, un peu décroché maintenant du groupe qu’il avait mené pendant une partie de la course.

Au moment d’aborder le tour de Groix, le trio des miraculés qui luttent pour le podium a près de 3 milles d’avance sur ses suivants. La lutte pour les places d’honneur suivantes va concerner ceux qui sont plus à l’ouest, parmi lesquels sur son bateau tout neuf, le plus récent de la flotte, Hervé Aubry, le voilier qui a fabriqué la nouvelle grand-voile de Ian, et encore deux ou trois autres skippers revenus de très loin dont Elise Bakhoum. Au total, incroyable, Ian pourrait terminer aussi loin que la 10 ou 12ème place ! Ce serait cruel mais c’est la régate et les aléas d’un vent capricieux ! A-t-il encore la niaque pour cravacher alors qu’il était en course pour la victoire il y a si peu?

A 18h, loin devant désormais, Justine Mettraux passe tranquillement les Birvideaux et s’apprête à ajouter une jolie victoire à son palmarès, bravo!

A 19h, trois prototypes terminent la course au sprint. Benoît Marie, le colocataire de Ian sur Seapossible dont c’est l’anniversaire (Bravo la Team Seapossible ! Et bon anniversaire Benoît) termine 3ème juste derrière Gwénolé Gahinet premier et Gian Carlo Pedote second.

A 20h, en série, nos héros fatigués en ont enfin fini avec le tour de Groix. Ils attaquent la dernière branche au portant, sous spi, avec des vitesses retrouvées autour de 7 nœuds. Ian est bord à bord avec Simon et Julien Marcelet. En jeu : la 10ème place. Verdict au milieu de la nuit.

Au total, Ian aura fait une course magnifique jusqu’après les Sables d’Olonne. Ensuite, les choses se sont gâtées et son choix dans la remontée s’est révélé très pénalisant. Mais en ce début de deuxième saison de course, il a clairement atteint un niveau qui lui permet maintenant de rivaliser avec les meilleurs.

Haut les cœurs et à bientôt pour une autre course ! L’objectif reste la Mini Transat !

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.